Quarante m3 de sable coquillier, issu de la récupération de coquilles d'huîtres finement broyées, ont été acheminés par un convoi de trois barques jusqu’aux îlots de nidification construits depuis plusieurs années. Ce substrat a été étalé en une fine couche, afin de permettre à différentes espèces d'oiseaux (mouette rieuse, mouette mélanocéphale, sterne Pierregarin...) d'installer aisément leurs nids sur un matériau souple qui permettra de plus, en cas de pluie, de maintenir les pontes au sec.

Ce chantier a nécessité la collaboration de plusieurs acteurs naturalistes de la région : le parc naturel régional de Camargue, Les Amis du marais du Vigueirat, Natura 2000, sans oublier l'association Eau et vie pour l’environnement (Eve), gestionnaire du site, et les services Environnement et Voirie de la Ville, équipés d’une tractopelle, qui a permis d’effectuer les chargements des barques de façon beaucoup plus efficace qu’à la main, avec de simples pelles. En tout, une quinzaine d’hommes et de femmes se sont activés toute la journée sur ce chantier. Le soir venu, les îlots avaient pris la forme de plages de coquillages, qui accueilleront bientôt les oiseaux pour y nidifier dans le plus grand confort.

 

C'est la deuxième année que s'effectue cette opération, qui a d'ores et déjà fait ses preuves en ce qui concerne au moins une espèce : le goéland railleur - rien à voir avec un « gabian », plus proche d'une mouette. Pour assurer la survie de cette espèce, 0,6 à 0,8 poussins à l'envol sont nécessaires. Ce goéland s'avère particulièrement à l'aise dans le sable coquillier : l'association Eve a comptabilisé cette année 13 poussins à l'envol, du jamais vu sur le site ! « Quand on s'aperçoit que des oiseaux qui ont tendance à disparaître perdurent grâce au petit coup de main qu'on donne, c'est une victoire pour nous », se félicite Serge Fournier, le président de l'association Eve.

Dans la galerie du haut de la page, retrouvez notre reportage sur l'opération ainsi que de magnifiques photos de goélands railleurs, avec ou sans leurs poussins, signées Serge Fournier, talentueux photographe.